À la une

Média actu'

Baromètre des médias : les Français s'expriment

Quelles sont les habitudes et regards des Français sur les médias ? Nous avons décrypté pour vous le baromètre 2016 La Croix-TNS Sofres, véritable outil de compréhension.
 

Graphique baromètre TNS Sofres

Passée l’année 2015, les médias retrouvent leurs habitudes dans leur relation aux lecteurs, auditeurs, téléspectateurs et internautes. Ils se sont en effet distingués sur leur traitement des attentats, jugé suffisamment pédagogique pour comprendre les épisodes de janvier (selon 75% des personnes interrogées) et ceux de novembre (78%).

Quelle confiance pour quel média ?
Les résultats 2016 du baromètre font donc état d’un retour à la normale concernant la crédibilité accordée aux médias. La radio reste le média le plus fiable (pour 55% des personnes interrogées), quand les journaux (51%) et la télévision (50%) récoltent une confiance équivalente. Seules 31% des personnes interrogées considèrent que les nouvelles transmises par internet sont vraies. Il faut également souligner que le web comme source d’information  semble rester méconnu. En effet, un grand nombre de personnes ne se prononcent pas sur sa crédibilité (25%) ou sur la source d’information qu’ils privilégient sur la toile (40%).

Des paradoxes d’utilisation
Internet, qui ne suscite pas une importante confiance, est pourtant le second canal d’information pour les personnes interrogées (20%). Les résultats mettent ainsi en lumière un paradoxe évident entre l’opinion et le choix réel.
La télévision reste également la première source d’informations, rassemblant 54% des interrogés. Pour approfondir un sujet, ils se tournent là encore largement vers le petit écran : les chaines généralistes et chaînes d’information en continu sont ainsi les recours choisis.

La place du web dans l’information
Les sites internet ou applications de la presse écrite s’imposent peu à peu dans ce paysage médiatique. Ainsi, 29% des personnes interrogées désignent l’outil comme source importante d’information ; 15% le placent en premier ou second moyen d’approfondissement. Pour autant, l’élan notable des sites internet affiliés à une « marque » de presse écrite est contrebalancé par la forte méfiance à l’égard des réseaux sociaux. Même s’ils représentent la deuxième source d’information sur le web, Twitter, Facebook et les autres récoltent 71% de sceptiques. Les questions et paradoxes posés par ce baromètre annuel montre encore une fois les réticences qui subsistent chez les Français.

À lire aussi