À la une

Spécial Covid19

Retour d'expérience - Nicolas Zarrouk, journaliste pour Midi Libre

 

« L'actualité hors coronavirus s'est arrêtée net avec le début du confinement. »
 

 

A l'annonce du confinement, la rédaction en chef a rapidement pris la décision de vider au maximum les rédactions de Midi Libre. Tou·tes celles et ceux qui le pouvaient ont été fortement invité·es à basculer en télétravail, et ça a été mon cas, sans trop de difficultés puisque j'étais déjà équipé. Comme une partie de mon travail consiste à assurer la partie technique d'interviews en direct vidéo, je sors encore occasionnellement en reportage en prenant le plus de précautions possible (masque, gel hydroalcoolique, désinfection des micros...). Pour le reste, la structure de la journée n'a pas trop changée. Réunion de rédaction en visioconférence le matin puis ajustements réguliers toute la journée, mais par le biais d'un groupe de discussion instantanée. 

L'actualité hors-coronavirus s'est arrêtée net avec le début du confinement. Du coup aujourd'hui, nous avons clairement deux axes rédactionnels sur Midilibre.fr. Le premier consiste à suivre au plus prêt l'évolution de la crise sanitaire, en Occitanie, en France et dans le Monde. Le second est d'apporter le meilleur service possible à nos lecteur·ices. Pour ce faire, un espace réservé spécifiquement aux infos pratiques (autorisation de sortie, fabrication de masque, réponses d'expert·es sur des thématiques précises...) a été créé sur le site. En parallèle, et en collaboration avec de nombreux·ses professionnel·les de la région, nous avons mis en place des rendez-vous vidéo réguliers pour rendre le confinement un peu plus ludique : séances de sport, recettes de cuisine, concerts confinés, conseils d'un·e coiffeur·euse, sophrologie... Nous avons également ouvert il y a quelques semaines un répondeur pour laisser des messages de soutien aux soignant·es que nous diffusons ensuite dans notre rubrique "ondes positives". 

Pour la presse quotidienne papier, c'est forcément un moment extrêmement compliqué même si nous avons constaté une forte évolution de nos audiences numériques. Mais c'est aussi une occasion pour nous de nous rapprocher encore un peu plus de nos lecteur·ices. De montrer que nous sommes capables d'adapter nos organisations et nos contenus lors d'un événement qui, nous sommes d'accord, est plus qu'exceptionnel.  

À lire aussi