À la une

Spécial Covid19

Vous avez la parole ... Benjamin Téoule

Même si le coronavirus était présent, même si un membre de notre équipe nous alertait depuis le cœur de l'hiver sur ce qui risquait de se produire, nous étions dans la dynamique de la couverture des élections municipales. Pour un journal qui privilégie l'investigation locale et l'évaluation des politiques publiques, cette échéance était majeure. Nous avons donc mis les moyens.

Et puis, nous avons été coupés en plein élan. Le d'Oc ne travaille pas dans l'instantanéité et favorise le long format, le décryptage. Du coup, cela a été compliqué de continuer à se démarquer sur une thématique qui écrase toute l'actualité au niveau local, national et mondial. Et dont les conséquences peuvent évoluer d'heure en heure. Une fois la sidération passée, nous avons décidé de proposer une série « Montpellier à l'épreuve du covid-19 » en respectant notre ADN. Nous avons expliqué à nos lecteurs nos interrogations, notre démarche et notre motivation. Nous avons réuni nos plus fidèles journalistes (tous pigistes) sur une plateforme commune pour alimenter les sujets, y intégrer des infos, des contacts, et autres ressources. Le d'Oc devait continuer sa mission d'information malgré les difficultés auxquelles notre titre de presse pouvait se heurter. Cela nous a permis d'aboutir à des sujets précieux et fouillés sur les difficultés exacerbées des résidents des bidonvilles de Montpellier, la situation des mineurs isolés étrangers dans l'Hérault ou encore les conditions qui s'aggravent pour les travailleurs du sexe. Toutes ces productions ont été entremêlées avec des entretiens permettant de prendre un peu de distance avec les évènements, comme ce fut le cas avec l'interview d'Edgar Morin et son appel à revenir au local.  

Les 15 premiers jours du confinement, nous avons continué à recevoir autant d'abonnements que les semaines précédentes (il n'y a pas de publicité sur notre journal en ligne, notre financement repose uniquement sur nos lecteurs). Ensuite, nous avons observé une diminution. Elle s'explique probablement par une saturation de l'information sur le Covid-19. Nous avons donc profité de ce temps pour inciter nos lecteurs à parrainer leurs proches afin qu'ils découvrent Le d'Oc. Nous avons revalorisé plusieurs enquêtes publiées sur les six derniers mois et même mis en accès libre plusieurs articles issus de nos archives pour familiariser le public avec notre démarche. Nous préparons également la sortie de plusieurs productions en variant les formats. Enfin, nous définissons de nouvelles pistes d'enquêtes et réactivons celles que nous avions mises de côté car le public semble prêt à lire autre chose que le Coronavirus, même si la crise gravitera encore autour de nos sujets. 

À lire aussi