À la une

Média actu'

La carte de presse n° 124 607 embarque à bord d’un convoi humanitaire pour l’Ukraine

Célian Guignard, journaliste en Lozère, a publié articles, photos et vidéos durant les quatre jours de la mission humanitaire lancée par Emmaüs Rodez, Millau et Albi. Du reportage de terrain qui réserve toujours des surprises.

Partir en reportage, au pied levé, dans une zone sensible où l’actualité évolue toutes les minutes. Chasser l’info ailleurs pour surprendre le lecteur d’ici. Se confronter à des situations inhabituelles, rester à l’affût du moindre événement susceptible de « faire un sujet ». Les journalistes de presse locale en rêvent, Célian Guignard, localier du journal Midi Libre en Lozère, l’a fait. Le vendredi 4 mars, fort du feu vert de sa rédaction en chef à Montpellier, il embarque à bord d’un convoi humanitaire mis sur pied par les centres Emmaüs de Rodez, Millau et Albi. Destination : Halmeu, village roumain de la frontière ukrainienne pour y apporter 20 tonnes de nourriture, couvertures, vêtements et produits d’hygiène en solidarité avec un peuple victime de l’invasion et des bombardements russes. Au programme : 2 000 km, trentedeux heures de route et un retour quatre jours plus tard. A peine est-il installé dans l’un des sept camions qui filent vers la zone de guerre via l’Italie qu’il rédige son premier papier sur le clavier de son téléphone portable. « Je voulais être réactif. J’ai parlé des préparatifs de ce voyage solidaire monté en urgence, du départ des bénévoles, du convoi qui prend la route… », raconte ce journaliste de 35 ans, déjà passé par les rédactions du grand quotidien Ouest-France et du Progrès Saint-Affricain, dans l’Aveyron. Cette fois, c’est pour les lecteurs et les internautes de Midi Libre qu’il va rendre compte, au fil de ce long périple, de l’actualité et des événements vécus par le convoi. Ses articles, il les transmet au desk numérique qui les publie immédiatement, illustrations à l’appui, sur le site du titre de presse.

Le flair du journaliste 

La plupart des articles finiront dans les pages du journal papier comme ce sujet, totalement imprévu, réalisé en début de soirée sur l’aire d’autoroute Gran Bosco, juste après le tunnel de Fréjus. Dans la nuit et le froid, Célian croise la route deux légionnaires de nationalité ukrainienne. Eux qui viennent de déserter leur régiment à Avignon pour aller défendre leur pays natal ont repéré les couleurs du drapeau ukrainien sur le fourgon. Le journaliste lozérien les interviewe, raconte l’histoire de ces frères d’armes qui n’ignorent pas que ce voyage sera peut-être sans retour. A travers les lignes de l’article, l’émotion est palpable. Le localier a du flair. Célian sait que son papier entre en résonance avec les déclarations, fin février, du ministère des Armées qui a rappelé que les soldats de la Légion étrangère ne sont pas autorisés à se rendre en Ukraine pour participer aux combats contre la Russie. Lorsqu’il appuie sur la touche « envoi », son papier cumule très vite les visites sur internet : 130 000 lectures sur internet en quelques heures ! 

Une information sourcée, émaillée de témoignages humains

La route reprend, le convoi rejoint la Slovénie, traverse la Hongrie avant d’atteindre la Roumanie. A chaque halte, Célian diffuse des vidéos et des photos sur Twitter. Arrivé à Halmeu, point de ralliement avec un autre convoi humanitaire affrété par l'Union des Ukrainiens de Roumanie, il propose de nouveaux articles qui détaillent les péripéties douanières, le formidable accueil des humanitaires roumains, le passage complexe de la frontière ukrainienne, le déchargement des camions, l’organisation de la logistique sur place. Témoin de la vie du convoi, il restitue chaque temps fort par les mots et les images. Il raconte aussi cette incroyable rencontre dans un hôtel avec quatre adultes et cinq enfants qui ont fui l’Ukraine via la Moldavie. « C’était intense. Ils m’ont expliqué comment ils avaient fui la région de Kharkiv en suivant une application sur leurs téléphones qui les prévenait des bombardements. Ils ont pris plein de directions différentes, traversé une forêt sans route bitumée et, lorsqu’ils sont arrivés en Roumanie, ils leur manquait 120 € pour s'offrir une chambre. Alors qu'ils avaient finalement renoncé à dormir dans un vrai lit, Emmaüs Millau leur a finalement payé la nuitée », se souvient le journaliste lozérien qui, lui, aura enchaîné les nuits blanches pour transmettre une information sourcée, vérifiée et émaillée de témoignages humains puissants, parfois inattendus. Des récits poignants qui feront d’ailleurs la Une de Midi Libre le lundi 7 mars 2022. La carte de presse professionnelle n°124 607 peut être fière de son détenteur. L’actualité lozérienne a du charme, mais l’actualité internationale donne des ailes.

Convoi humanitaire : la couverture Twitter de la Région

Yoann Le Templier, attaché de presse de la Région Occitanie, a publié posts, photos et vidéos tout au long du périple réalisé par le convoi humanitaire initié par les collectivités territoriales d'Occitanie. « Après la diffusion des communiqués de presse avant le départ, nous avons opté pour une communication sobre sur les réseaux sociaux », explique Yoann. C'est ainsi que sur le compte Twitter de la Région Occitanie, le grand public a pu suivre, du samedi 12 au vendredi 18 mars 2002, les étapes du convoi, l'acheminement des dons jusqu'en Pologne et le retour de cette expédition solidaire rendue possible grâce aux collectivités, à plusieurs associations et entreprises, ainsi qu'à deux lycées de l'Aude et de Haute-Garonne.

À lire aussi