À la une

Média actu'

Des journalistes pris pour cible

La guerre en Ukraine a déjà fait des victimes dans les rangs des médias. Un caméraman franco-irlandais, un vidéo-journaliste américain et trois Ukrainiens, dont une journaliste « fixeuse » et un cadreur sont morts. Plus d'une trentaine de reporters ont été blessés.

A la mi-mars 2022, la presse paye déjà un lourd tribut au conflit ukrainien. Pierre Zakrzewski, un journaliste francoirlandais couvrant la guerre pour la chaîne américaine Fox News a été tué le lundi 14 mars dans une attaque près de Kiev. Blessé, son confrère, Benjamin Hall a été hospitalisé. La journaliste ukrainienne Oleksandra Kuvshinova, la "fixeuse" de l'équipe, a également été retrouvée morte. La veille, le dimanche 13 mars à Irpin, à la lisière nordouest de la capitale ukrainienne Kiev, c’est le journaliste américain Brent Renaud, collaborateur de Time, qui a succombé aux tirs. Un autre membre de son équipe, le journaliste Juan Arredondo, a été blessé par balles. Les deux hommes ont été touchés alors qu'ils circulaient en voiture avec un civil ukrainien, lui aussi blessé. Un médecin engagé auprès des forces ukrainiennes a pris en charge les victimes. Brent Renaud a dans un premier temps été identifié comme travaillant pour le New York Times, car il portait un badge d'accréditation du quotidien américain au moment de sa mort. Par la suite, le Time a annoncé que Brent Renaud collaborait avec la publication au moment de sa mort. « Il était dans la région pour travailler sur un projet de Time Studios concernant la crise des réfugiés », a confirmé le magazine américain. « La mort de Brent est une perte terrible. Des journalistes courageux comme Brent prennent d’énormes risque pour témoigner et dire au monde la dévastation et la souffrance causées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie», a déploré sur Twitter, Cliff Levy, le directeur adjoint de la rédaction de Time. « Les forces russes en Ukraine doivent cesser immédiatement toutes les violences contre les journalistes et les civils, et celui qui a tué Renaud, quel qu’il soit, devra rendre des comptes », a réagi le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) à New York après l’annonce de la mort du journalistedocumentariste. La mort du journaliste américain est intervenue deux semaines après le décès du journaliste ukrainien Yevheniy Sakoun, cadreur de la chaîne de télévision Live tué lorsqu’un bâtiment proche de la tour de transmission de télévision à Kiev a été touché par un bombardement. Son confrère Viktor Doudar a péri pendant des combats près de Mykolaïv (sud), selon les autorités ukrainiennes. 

Blessés par des tirs, dépouillé du matériel de reportage 

Les violences commises contre les journalistes couvrant le conflit en Ukraine se multiplient. À la date du 13 mars, au moins une trentaine de journalistes a été sciemment visée par des hommes en armes depuis le début de l'offensive russe en Ukraine. Parmi eux, les correspondants du journal danois Ekstra-Bladet et des reporters de la chaîne britannique Sky News. Le dimanche 6 mars 2022, le photographe suisse Guillaume Briquet, qui venait de passer un point de contrôle ukrainien sur une route vers Mykolaïv, dans le sud du pays, pour couvrir l'avancée des troupes russes dans la région, a fait l’objet de tirs provenant de membres présumés d'un commando spécial russe. En dépit des nombreux sigles "presse" apposés sur sa voiture et son gilet pare-balles identifié “presse”, ce reporter de guerre expérimenté a ensuite été harcelé par les soldats qui lui ont volé 3 000 € et du matériel de reportage. Le même jour, dans le nord du pays, à Irpin, en banlieue de Kyiv, une équipe de tournage pour la chaîne panarabe basée à Londres Al-Araby TV s'est également retrouvée sous le feu russe lors d'un reportage. Le correspondant Adnan Can et son collègue caméraman Habip Demirci ont essuyé des tirs visant leur voiture, alors même qu'ils avaient accroché un drapeau blanc et des signes "presse" à leur véhicule. Bloqués dans la ville en proie aux combats, les deux journalistes ont dû se cacher chez des habitants.

À lire aussi