À la une

Média actu'

Lokko, « faire du local décom-plexé en mode radio libre »

Par Sabrina Chinni

 

Culture, société, lifestyle, mode, écologie, fooding, voyage… La ligne éditoriale du nouveau pure player Lokko est aussi foisonnante que son projet est ambitieux.

Après 20 ans à la Gazette de Montpellier, elle avait envie d’une « étape professionnelle renouvelée et différente ». Elle, c’est Valérie Hernandez, ancienne rédactrice en chef adjointe à la culture bien connue du mundillo journalistique local. « Je suis passionnée par le numérique depuis des années », lance celle qui a égrené avec passion les riches heures de la vie culturelle locale dans l’incontournable hebdo papier.

Après son départ de la Gazette à l’été 2018, elle pensait simplement monter son blog de voyage pour finalement se retrouver au milieu d’une aventure collective palpitante. « On va co-construire le renouvellement de notre pratique professionnelle de la presse écrite vers le web ». Le leitmotiv ? « L’innovation numérique au service de la culture connectée ».

La fusion journalistes/blogueurs
Le média qu’elle a créé en quelques mois avec son partenaire développeur, Bertrand Jarry, se veut collaboratif, indépendant, gratuit et ultra connecté. « On est à la fois en mode radio libre et start up » explique la journaliste. Composé d’une équipe “de la diversité” de 12 personnes à parité parfaite, du photographe à l’animatrice radio en passant par le consultant en écologie, Lokko partage à la fois des articles de journalistes de la presse écrite et d’influenceurs web implantés au niveau local et international.
« On a une blogueuse culture à La Haye, un spécialiste de la gastronomie à Montpellier, d’autres en Algérie, à Paris, New York et même un ancien correspondant du Washington Post ! On suit l’actualité culturelle ici évidemment mais on veut faire du local décomplexé et que local ne rime surtout pas avec bocal », ironise-t-elle avant de préciser : « Lokko est une marque, mais attention, nous ne sommes pas des communicants et nous ne nous éloignerons pas du sel de notre métier : l’écriture et les enquêtes ! »

Lokko se donne une année test durant laquelle ses contributeurs seront bénévoles avant d’envisager une poursuite, selon un modèle économique en cours d’élaboration. « On pense à plusieurs leviers comme le mécénat, le modèle payant, les dons ou le financement participatif, par-contre nous ne solliciterons pas les collectivités locales, et nous allons surtout créer notre régie pub, un studio de vidéos créatives, histoire de changer des bandeaux traditionnels ».

Autre innovation, une bibliothèque d’images ou “Hub”, créée via une plateforme collaborative, destinée à valoriser les artistes tous azimuts. Et bientôt la diffusion en streaming d’une réunion de rédaction, des podcasts et un flux de brèves vidéos dont une série hebdomadaire sur la vie du campus de l’université Paul Valéry... “La rencontre du numérique et du local”, voilà la promesse du nouveau webzine qui compte bien installer sa notoriété et devenir une référence, dans le paysage médiatique montpelliérain.

À lire aussi